A la une

Animer en Espagne

Aujourd’hui, le Bafa permet à des milliers de jeunes d’effectuer un premier pas dans la vie active. Mais quid de nos voisins espagnols ? Peux-tu, avec le Bafa, aller travailler comme animateur en Espagne ? Pour nous aider à répondre à ces questions nous avons rencontré Stéphanie Adélaïde, titulaire du Bafa et directrice d'une association d'animation à Madrid.

 

En Espagne, Bafa + anim = ... quasi nada !

Contrairement à la France, l’Allemagne ou même la Belgique, la culture associative et l’animation restent peu développées en Espagne, comme  nous l'explique Stéphanie. Les mouvements d’éducation populaire y sont inexistants. Avant de se lancer en Espagne avec son Bafa en poche, il est important de savoir ce qui rend la reconnaissance du Bafa assez limitée, dans le contexte de l’animation espagnole : 
 
  • les centres de loisirs sont peu répandus en Espagne. Cela se rapporte aux mairies qui ouvrent les écoles durant les temps de vacances.
  • la profession d’animateur est plus conçue dans une optique de loisir et de tourisme, contrairement à la France où la pédagogie et l’apprentissage font partie intégrante de l’animation. En Espagne, il existe un diplôme de Monitor de Ocio y Tiempo Libre, « moniteur de loisirs », qui n’est pas totalement l’équivalent du Bafa. Plus compliqué à obtenir, il se construit en deux parties : une théorique et une pratique, et se termine par la rédaction d’un mémoire.
  • peu d’étudiants espagnols financent leurs études en travaillant. 
En Espagne, il semble donc difficile d’envisager de travailler dans le secteur de l’animation… et pourtant ! 

Stéphanie, titulaire du Bafa et longtemps animatrice sur des séjours de vacances adaptées en France, est partie vivre en Espagne, où elle a mis sur pied une association atypique dans le secteur de l’animation.

 

Stéphanie, « ambassadrice » de l’éducation populaire à Madrid

Avec plus de 60 000 ressortissants français, la ville de Madrid possède une importante communauté francophone. Installée dans la capitale depuis 2005, Stéphanie est directrice de La France Ô Si, une association qu’elle a fondée en 2011. Un projet unique en son genre, qui développe un apprentissage ludique de la culture française pour les enfants.  La structure accueille hors temps scolaires des enfants et des jeunes de 2 à 17 ans, issus de familles franco-espagnoles ou francophiles. À travers différents ateliers, les projets d’animation ont pour but de les familiariser avec la culture française tout en leur offrant la possibilité d’interagir dans la langue de Molière. 
Plus qu’un simple accueil de loisirs, il s’agit un espace dédié à la transmission parent-enfant, permettant aux enfants de développer le lien qui les rattache à la France. Le tout dans le cadre du dispositif Français Langue Maternelle (FLAM) dont fait partie le personnel encadrant.

Un accompagnement à la langue française


L’accueil et les animations s’effectuent uniquement en français. Néanmoins, la manifestation des émotions, notamment chez les enfants en bas âge, doit souvent être gérée en espagnol, comme nous l’explique Stéphanie. Si ces jeunes bilingues peuvent s’exprimer en français, ils n’en restent pas moins attachés intuitivement à leur langue quotidienne. L’équipe d’animateurs français a donc un bon niveau d’espagnol afin de pouvoir gérer ces situations en l’absence des parents. Sont mis en place des activités d’expression orale, comme des lectures, des ateliers théâtre ainsi que des temps de discussion informels afin de sensibiliser les enfants à la langue. L’implication des familles lors de certains temps et projets vient finalement compléter cette transmission culturelle intergénérationnelle.

Aujourd’hui, Stéphanie dirige des ateliers, s’occupe aussi de la gestion et la mise en place de nouveaux projets ainsi que de la communication. Sa polyvalence l’a toujours amené à voir les choses au-delà de l’animation. C’est avant tout son sens de la gestion qui l’a poussée à créer cette structure originale et innovante, engagée pour la transmission culturelle. 

Avec son Bafa en poche, l’animation peut paraître difficile à aborder en Espagne. Il te faudra avant tout une bonne connaissance de la langue et des structures d’animation ainsi que du pays en général. Et cela est valable quel que soit le pays où tu souhaites t’installer comme animateur. Si ça te paraît trop compliqué, il te reste l’animation de séjours à l’étranger. Histoire de garder les pieds en France et la tête à la découverte d’autres cultures !

Pour aller plus loin :


  • Le site de La France Ô Si, disponible en français et en espagnol 
  • Le site du FLAM, pour en savoir plus sur le dispositif Français Langue Maternelle

NB :
Nous vous remercions pour vos interventions et aurons l’occasion de revenir sur l’animation en Espagne dans de prochains articles, afin de montrer avec plus de justesse la situation de nos voisins espagnols.
En effet, l’article reflète la situation dans la région de Madrid, selon la perception de la personne que nous avons interviewée, et doit être vu comme un retour d’expérience. Il ne saurait donc constituer une généralité de la situation globale en Espagne, où l’animation est plus présente et mieux reconnue.


TROUVER UNE FORMATION
1500 formations disponibles

Ressources docs

40 ans d’expérience, 1500 formations, 30 000 Stagiaires
L’Ufcv, 1er organisme de formation au Bafa